Digital

Quelles sont les principales sources de revenus des influenceurs du web ?

Le juin 9, 2022
influenceur du web

La notoriété de certains influenceurs du web leur permet de générer des revenus conséquents. Plus qu’un simple loisir, il s’agit d’un véritable business en ligne qui les propulse parfois au rang des célébrités. Les influenceurs réputés deviennent de véritables entrepreneurs du web.

À l’aide d’un blog, de YouTube, des réseaux sociaux ou de tout autre mode de communication digitalisé, l’influenceur partage ses expériences et délivre des conseils à ses followers. Ainsi, à travers des contenus plus ou moins variés (article, vidéo, photo…) sur une thématique précise, il crée une communauté grandissante.

Mais comment de simples abonnés peuvent-ils faire gagner de l’argent à ces créateurs de contenus ? Découvrez les 10 principales sources de revenus des influenceurs.

1. Le marketing d’affiliation

Le marketing d’affiliation est probablement le moyen le plus rentable de dégager des revenus. Mais comment ça fonctionne ?

En créant des contenus afin de promouvoir un produit ou un service, l’influenceur, grâce à ses nombreuses vues, déclenche des ventes. Depuis sa recommandation, un code promo ou un lien renvoie le prospect respectivement sur une page de vente ou sur une page d’inscription, générant ainsi plus de trafic sur le site de l’annonceur.

La commission perçue par l’influenceur dépend du contrat passé avec l’entreprise. En général, le montant de cette commission varie en moyenne entre 5 et 30 %. Bien sûr, ces revenus ne sont pas réguliers. Ils dépendent du nombre de ventes, du nombre de programmes auxquels l’influenceur adhère…

2. La sponsorisation 

Les messages publicitaires sponsorisés sont fréquemment utilisés par les marques. Ces dernières rémunèrent des influenceurs pour qu’ils mettent en avant un produit, un service ou une destination qu’elles souhaitent propulser sur le devant de la scène. 

L’influenceur peut utiliser différents modes de communication :

  • publications ;
  • stories ;
  • vidéos ;
  • articles de blogs.

En sponsorisant des articles de blog, des publications sur les réseaux sociaux, l’entreprise instaure un partenariat avec l’influenceur qui enrichit la campagne publicitaire de la marque en question.

Un influenceur dont la communauté réunit plusieurs dizaines de milliers de followers peut monnayer jusqu’à plusieurs milliers d’euros la campagne publicitaire d’une marque. Le secteur du voyage est d’ailleurs très friand de ce type de campagne publicitaire et les confie souvent aux célébrités du web.

3. Devenir ambassadeur d’une marque

Un influenceur du web, dont la notoriété et la niche sont intéressantes pour une marque, peut devenir l’ambassadeur de cette dernière. Il ne s’agit plus alors de contenus sponsorisés, mais bel et bien d’un contrat sur le moyen ou long terme, qui est négocié entre les deux parties. Les revenus peuvent être fixes ou représenter un certain pourcentage des ventes dégagées pendant la campagne publicitaire.

En devenant l’égérie d’une marque, l’influenceur doit promouvoir sur les réseaux sociaux le ou les produits de l’entreprise dont il bénéficie à titre gracieux.

Néanmoins, ce type de revenus n’est pas uniquement réservé aux influenceurs de renom. Une marque peut très bien être intéressée par la communauté d’un plus petit influenceur. Le montant des revenus est alors proportionnel à la visibilité octroyée.

4. La publicité display

La publicité display, ou publicité d’affichage, reste la plus classique des formes publicitaires sur internet. Elle permet à l’influenceur de bénéficier de revenus passifs, ce qui est très appréciable.

Un influenceur qui possède un blog, qui publie du contenu sur YouTube ou les réseaux sociaux, peut permettre aux annonceurs de diffuser leurs publicités sur ses pages. Après une inscription sur un réseau de fournisseurs choisi, les entrées d’argent de l’influenceur peuvent être calculées au CPC (coût par clic) ou au CPM (coût pour mille impressions). 

Pour monétiser une chaîne YouTube, certaines conditions sont requises :

  • totaliser plus de 1000 abonnés ;
  • comptabiliser plus de 4000 heures de vidéos vues sur les 12 derniers mois ;
  • disposer d’un compte Google Adsense rattaché à sa chaîne YouTube.

Là encore, le montant des revenus est lié au nombre de vues que l’influenceur peut apporter à la marque. Il dépend également du secteur d’activité ; les plus concurrentiels sont souvent ceux qui rapportent le plus.

5. Les plateformes d’abonnement

En dehors des publicités et des sponsors, gagner de l’argent grâce au nombre de vues sur YouTube, Instagram ou autres réseaux de streaming est possible.

Pour cela, l’influenceur doit partager des contenus privés (vidéos, photos), uniquement réservés aux fans qui payent un abonnement pour y avoir accès. En répondant à une demande bien précise d’informations et de conseils avisés, les followers en redemandent.

De ce fait, les plateformes d’abonnement sont aussi pour les influenceurs une bonne source de revenus.

6. La vente de contenus photo et vidéo

Les influenceurs du web qui aiment voyager peuvent tout autant monnayer leurs photos et vidéos. Les professionnels du voyage et les destinations touristiques ont besoin de renouveler constamment leurs publications pour attirer des clients, surtout dans des régions moins connues.

Ainsi, un influenceur dont le nombre de followers est considérable peut obtenir jusqu’à plusieurs milliers d’euros. Le contenu diffusé doit être de haute qualité et créatif. Il doit être convaincant pour donner envie à l’audimat de choisir cette destination pour son prochain voyage.

Les passionnés de photographie, tout comme les créateurs de vidéos, peuvent également mettre en vente leurs contenus sur des banques d’images. Le montant de ces ventes n’est certes pas très attrayant au premier abord, mais plus ces contenus sont téléchargés, et plus ils rapportent, pouvant engendrer des revenus mensuels considérables.

7. La vente de formation en ligne

Un influenceur qui possède une certaine expertise dans un domaine bien précis peut vendre une formation en ligne. 

En créant ainsi ses propres infoproduits, l’influenceur génère des revenus qui peuvent être remarquables en fonction de la niche concernée. Il permet à son audience d’accéder à un contenu pédagogique en ligne et à un suivi personnalisé.

Bien évidemment, le montant de la formation délivrée par l’influenceur est intrinsèquement lié à plusieurs critères :

  • la taille de la communauté ;
  • la portée de l’influenceur ;
  • le domaine traité (niche rentable ou pas) ;
  • ses qualités en termes de marketing.

L’influenceur peut fournir une formation en « free content » ou préférer le « paywall » qui permet à l’abonné d’accéder à la formation au fil du temps par plusieurs achats. Avec cette seconde formule, le contenu doit impérativement être de qualité et répondre aux attentes de l’abonné pour le fidéliser. Un abonné déçu est un abonné perdu !

8. La vente de coaching individuel

Toujours dans le domaine de la formation ou encore dans le développement personnel, un influenceur peut également mettre en vente des prestations de coaching individuel.

L’influenceur détermine son tarif horaire, monnayant ainsi son temps et son savoir. Certains influenceurs proposent des séances aux environs de 90 euros de l’heure, mais bien sûr il s’agit là d’un tarif standard, certains pouvant être bien plus élevés…

9. La vente d’e-books ou de services

Tout influenceur peut générer des revenus passifs en vendant des livres ou des services. 

Il n’est pas nécessaire d’avoir la plume d’un écrivain pour écrire un livre. Un rédacteur peut tout à fait remplir cette mission pour l’influenceur. Ce livre en ligne permet donc d’avoir une nouvelle source de revenus sur le long terme.

En dehors des livres ou e-books, l’influenceur peut par ailleurs proposer la vente d’un service dont il est le créateur, sous la forme d’un logiciel par exemple ou d’un service de consulting.

10. La vente de produits physiques 

Les influenceurs proposent souvent la vente de produits physiques via leur e-shop. La plupart du temps, il s’agit de dropshipping. Cette méthode lui permet de vendre des produits dont il n’est pas le propriétaire du stock. Ainsi, simple intermédiaire entre le client et le fournisseur, il ne gère ni les préparations de commandes ni les expéditions, ce qui est un gain de temps formidable.

Il peut tout aussi bien vendre ses propres produits. Dans ce cas, sa boutique en ligne, même si elle est une bonne source de revenus, demande beaucoup de temps et d’énergie.

Antoine

Dès la fin de ses études, Antoine s'est lancé dans l'entrepreneuriat et a immédiatement réussi à faire sa place dans le domaine du marketing digital. Grâce à son agence, il fait profiter les entreprises de ses compétences en matière de visibilité web.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.